banniere

Reportages



Trafic illégal et réhabilitation de la faune sauvage

Eco-volontaire pour Arcas, une seconde chance aux victimes du trafic d'espèces

singe atele
Atèle de Geoffroy, Ateles geoffroyi

Après celui des armes et de la drogue, le commerce d'espèces sauvages est le troisième plus gros trafic mondial. ARCAS, ONG guatémaltèque reconnue internationalement, lutte depuis plus de 20 ans contre ce fléau qui menace de nombreuses espèces protégées en Amérique centrale. Chaque année, son centre de secours dans la région du Petén accueille près de 300 animaux, parmi lesquels de nombreux perroquets et singes, confisqués en douane ou rendus par des particuliers. Grâce à l'aide de volontaires venus du monde entier, ces animaux sont soignés, nourris et certains rejoignent un programme de réhabilitation dans l'espoir d'être réintroduits dans leur milieu naturel. Fernando Martinez Galicia, directeur du centre, nous ouvre les portes de son centre et s'étend sur les objectifs de son organisation. Une idée de vacances utiles…



Guatemala, région du Petén.

Nous posons nos bagages sur l'île de Flores, une charmante petite ville de 25 000 âmes, construite sur les eaux du lac Petén Itza. Comme tant de baroudeurs, nous succombons au charme des ruelles colorées, des nombreux restaurants et hôtels bons marché et des couchers de soleil qui, chaque soir, enflamment les rives du lac. Si Flores est connue des voyageurs de passage au Guatemala, c'est qu'elle est une base stratégique pour découvrir la région du Petén et un point de départ idéal pour se rendre aux célèbres vestiges de la cité Maya de Tikal. Pourtant, si notre séjour se prolonge ici, ce n'est pas que pour gravir des pyramides mais bel et bien pour participer à un programme d'éco-volontariat et comprendre les enjeux de la conservation de la biodiversité dans cette région.


Tikal
Réserve de Biosphère Maya / Cité de Tikal, Guatemala.

Le tiers nord de la région du Petén est recouvert par la plus grande surface de forêt tropicale du Guatemala. La réserve de Biosphère Maya en protège, sur le papier au moins, quelques 21 000 km². Le Petén est une zone de première importance en termes de biodiversité et une pièce maitresse pour la continuité du couloir biologique formé par l'Amérique centrale. Chaque jour cependant, la déforestation, l'essor d'une agriculture non raisonnée, la chasse et le trafic d'espèces sauvages menacent la survie de ce patrimoine biologique : atèles, aras et jaguars sont, entre autres, aux premières loges de ce désastre.

Jaguar
Jaguar, Panthera onca

A dix minutes de Flores, un centre de secours pour cette faune en détresse fait figure de résistant. Il appartient à l'organisation non gouvernementale Arcas, investie depuis 1989 dans des missions de protection de la biodiversité au sens large du terme : éducation à l'environnement, gestion des aires protégées, écotourisme et développement communautaire sont autant de thématiques sur lesquelles elle agit.

Si l'ONG a été fondée par une poignée de guatémaltèques soucieux d'offrir une seconde chance aux animaux issus du trafic illégal, Fernando Martinez, actuel directeur du centre de secours du Petén, aime rappeler qu'Arcas ne peut fonctionner sans l'aide des nombreux bénévoles. Comme nous, chaque année, ils sont près de 400 volontaires, venus des quatre coins du monde, à donner de leur temps pour s'occuper des animaux, entretenir les infrastructures du centre et sensibiliser les touristes de passage.

« Fernando, quel est l'objectif majeur de Arcas?

Notre travail principal est la réhabilitation de la faune sauvage. Nous travaillons en lien avec la CONAP, Conseil National des Aires Protégées, sur la thématique du trafic illégal de la faune sauvage qui existe au Guatemala, mais aussi dans certains autres pays comme le Mexique et les Etats-Unis. Notre équipe se compose de 5 permanents et nous avons le soutien de plusieurs agents de la CONAP. Cela fait plus de 20 ans que nous luttons pour la conservation de la faune de la Réserve de Biosphère Maya.

Le centre renferme des singes hurleurs, des atèles, des perroquets, des crocodiles, un jaguar, etc. Tous ces animaux proviennent d'un trafic?

Nous recevons entre 250 et 300 animaux par an. 95% d'entre eux sont issus du trafic illégal et les 5% restant sont des donations du grand public, des saisies que font la CONAP, d'autres ONG ou toutes autres institutions. La Réserve de Biosphère Maya est une vaste étendue de forêt. C'est l'un des poumons de l'Amérique et elle contient une grande diversité de faune sauvage. Certaines personnes qui visitent les parcs nationaux en ressortent avec des animaux, comme de jeunes perruches de 5 ou 6 mois par exemple. Tous les animaux du centre sont des espèces présentes dans les forêts du Petén.

Quelles sont les espèces les plus menacées dans cette région ?

Il y en a plusieurs mais à cause de l'avancée des terres agricoles, des élevages et de la disparition de l'habitat en général, le jaguar et l'ara rouge sont deux des espèces emblématiques en voie d'extinction ici : elles nécessitent de grandes surfaces de forêt pour survivre et sont classées en annexe I de la CITES. On estime à moins de 200 le nombre d'ara Macao en liberté dans la réserve de biosphère Maya.

Tous les animaux qui arrivent ici sont-ils réintroduits ?

75% des animaux qui entrent au centre d'Arcas sont des perruches. Les autres sont assez diversifiés : des oiseaux, des singes ou encore des reptiles. Chaque individu doit suivre un processus très long avant d'être relâché dans son milieu naturel. C'est toutefois moins délicat pour les reptiles, type crocodile, tortue ou iguane : ces animaux n'ont pas besoin d'une réhabilitation comportementale, mais juste d'une aide médicale. Leur instinct fait que nous pouvons facilement les libérer. Dans la nature, un crocodile ou une tortue pond ses œufs et les jeunes grandissent sans leurs parents, ils savent de manière innée comment survivre.

Les Psittacidae, qui regroupent perroquets et perruches, ont quant à eux besoin d'une réhabilitation clinique, pour récupérer des plumes ou s'affranchir d'éventuelles maladies, et d'une réhabilitation éthologique. Quand les oisillons arrivent au centre âgés de 10 ou 15 jours, sans plumes, nous devons les nourrir et nous les imprégnons inéluctablement de notre présence. Plus tard, lorsqu'ils commenceront à voler, ils devront alors passer par différents stades avant d'être libérés : cela peut durer 2 ans et demi.

bénévole perroquet
Nourrissage dans l'enclos des amazones, Amazones autumnalis.

Pour les primates, c'est encore plus complexe: ce sont des animaux intelligents, qui nous reconnaissent très bien. S'ils ne suivent pas un processus de réhabilitation, ils évoluent comme des êtres humains et non comme des singes. Nous avons ici plusieurs groupes qui sont arrivés à l'âge adulte et qui ne sont plus capables de retrouver leur milieu naturel. Ceux qui ont cette « chance » sont les jeunes âgés à leur arrivée d'un an et demi tout au plus. Nous formons alors des groupes sociaux entre eux, jusqu'à leur maturité sexuelle, vers 4 ans : seulement à cet instant, lorsque le groupe à un « leader », nous pouvons débuter un processus de réhabilitation. Celui d'un singe-araignée va durer entre 4 et 6 ans.

Autrement dit, un perroquet qui sait « parler » ou un singe adulte peut entrer dans notre centre mais ne pourra pas être réintroduit. Seuls 60 à 70% des animaux qui nous arrivent auront l'opportunité de suivre un processus de réhabilitation, et une partie seulement d'entre eux sera réintroduit. L'année dernière, par exemple, nous avons formé un groupe de 124 perruches : 80 seulement ont pu être libérées. De ces effectifs, beaucoup ne s'adapteront pas, ne seront pas capables de se nourrir et ne survivront pas après libération. Nous sommes donc loin d'un 100% de réussite mais Arcas offre à tous ces animaux les meilleures chances de retrouver leur milieu naturel.


Entre le réchauffement climatique, la déforestation et le trafic illégal, pensez-vous que nous avons encore une chance de sauver ces espèces ?

C'est une question difficile ! Cette année, selon les pronostiques, nous aurons une année très sèche, comme en 1998 où a brulé plus de la moitié de la Réserve de Biosphère Maya. C'est une course contre la montre. Nous seuls, en tant qu'Arcas ou CONAP, n'allons pas sauver ces espèces. Il faut une prise de conscience globale et vous êtes là aussi pour diffuser ce message. Souvenez-vous d'une chose : si le trafic illégal existe, c'est qu'il y a des personnes désireuses d'avoir ces animaux chez eux. Le NON aux animaux de compagnie issus du trafic illégal est très important : nous avons des chiens et des chats pour cela… J'entends beaucoup me dire, « je n'ai qu'une perruche, c'est rien ! », mais à l'échelle générale, dans toute la région, c'est une quantité inimaginable d'animaux sauvages qui sont arrachés à leur environnement. Mon message est clair : ne pas acheter ces animaux issus du trafic, ni vivants, ni morts. Car le problème est le même si l'on achète des souvenirs à base d'os, de carapace, de peau ou d'autres produits dérivés aux propriétés soi-disant aphrodisiaques. Evidemment, tout notre travail sera perdu si, en bout de chaine, ces animaux finissent ainsi. »

Propos recueillis par Marie-Anne et Sylvain Lefebvre
pour l'association Exode tropical

Pour en savoir plus sur Arcas et les programmes de volontariat (en anglais)
http://www.arcasguatemala.com/



singe araignée
Enclos des singes araignées, Ateles geoffroyi


bénévole atèle
Nourrissage dans l'enclos des singes araignées


singe hurleur
Enclos des singes hurleurs, Alouatta pigra


perroquets
Enclos des perroquets, Ara macao


perroquet
Perroquet Ara rouge, Ara macao


penelope, hocco
Pénélope panachée, Penelope purpurascens. Grand hocco au 2ème plan, Crax rubra


amazone
Enclos des amazones à front rouge, Amazones autumnalis


toucan
Toucan à carène, Ramphastos sulfuratus


crocodile
Enclos des crocodiles


Paca
Paca, Agouti paca


atèle
Pieds de singe araignée, Ateles geoffroyi


atèle
Singe araignée en quarantaine, Ateles geoffroyi

- Retour haut de page -