banniere
Photo du mois
Forêt tropicale
Gardiens de la forêt
Exposition photos
Agir Association Exode Tropical
Portfolio Association Exode Tropical
Portrait d'espèces
Galerie photos Association Exode Tropical
livre naturaliste
Reportages naturalistes
Besoin d'un guide en forêt tropicale ?
Revue de Presse de l'association Exode Tropical
Ecovolontariats en pays etranger

Retrouvez-nous sur

logo facebook
Saimiri oerstedii

Le saïmiri à dos roux
Saimiri oerstedii

Classification

Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Sous-embranchement : Vertebrata
Classe : Mammalia
Sous-classe : Theria
Ordre : Primates
Famille : Cebidae
Sous-famille : Cebinae
Genre : Saimiri

Le saïmiri d'Amérique centrale à dos roux est le plus petit des singes du Costa Rica mais il est aussi le plus grégaire, formant des groupes allant jusqu'à 70 individus. Avec ses 30 centimètres et son léger kilo, il est un véritable régal pour ceux qui ont la chance de l'observer, en général dans les strates basses et moyennes de la forêt tropicale durant la cueillette et la traque de toutes sortes de nourriture : fruits, feuilles, nectar, fleurs mais aussi insectes, araignées, grenouilles, lézards ou encore chauve-souris. Svelte, curieux, malin et particulièrement actif, le saïmiri a ainsi hérité du surnom singe-écureuil.

L'organisation sociale du saïmiri d'Amérique centrale est remarquable par le fait que les femelles quittent leur troupe natale pour se reproduire. Ce comportement est inversé chez la majorité des primates où les mâles changent de groupe une fois adulte.

En septembre, les cohortes de mâles s'alimentent énormément et peuvent gagner jusqu'à 30% de leur poids.

Cette crise de boulimie vient du fait que le plus gros mâle s'octroiera la majorité des accouplements ! 6 mois plus tard, en mars, l'ensemble des femelles mettent bas de manière synchronisée (en quelques jours, voire semaines) et laisseront leur jeune indépendant dans l'année qui suit : cette longue période de gestation (pour une espèce si petite) et cette courte période d'apprentissage sont des stratégies anti-prédatrices surprenantes.

Deux sous-espèces se différencient au Costa Rica, de part et d'autre de la rivière Rio Grande, le long de la côte pacifique : Saimiri oerstedii oerstedii au nord, et Saimiri oerstedii citrinellus au sud (jusqu'au Panama). Aujourd'hui ces primates sont les plus menacés de l'Amérique centrale : la fragmentation de leur habitat naturel en est la principale raison, isolant diverses petites populations dont le brassage génétique devient impossible.

Saïmiri





- Retour aux fiches pédagogiques -